Proportions du ciel d'Anaximandre

 

Projet

L'article avait simplement pour but de prendre ses distances par rapport à des reconstructions peut-être trop aventureuses de la manière dont Anaximandre conçoit le ciel. La doxographie fait en particulier état de nombres énigmatiques concernant les proportions des cercles célestes. Ces nombres sont souvent des multiples de 9, mais avec une unité d'écart parfois.

Cette différence d'une unité a souvent mené à penser qu'Anaximandre comptait pour 1 la largeur des cercles célestes, puisqu'il les compare parfois à des roues. Mais cette idée toute simple se heurte à des embarras lorsqu'il s'agit de les coordonner plus précisément.

Contre ces constructions qui projettent peut-être trop littéralement des roues dans le ciel, une tout autre hypothèse est proposée dans cet article. Elle cherche à rendre compte de la différence des nombres d'Anaximandre avec les multiples de 9 par l'histoire du calcul de la circonférence du cercle : plusieurs façons de faire, correspondant à plusieurs degrés d'approximation, peuvent donner des écarts dans les résultats. Les nombres étranges de la doxographie seraient dus à ces écarts.

L'article est ainsi, au passage, une sonde lancée dans la préhistoire de π.

 

Article de la Revue Phronesis

Version PDF : Proportions du ciel d'Anaximandre, © BRILL (16 pages)

Référence : Jean-François Corre, « Proportions du ciel d'Anaximandre », Phronesis, vol. LVIII, n°1, 2013, p. 1-16.