Le problème des équinoxes

 

Article paru en octobre 2015 sur Phronesis

De quand au juste date la connaissance des équinoxes ? Si la notion était aussi simple qu’elle paraît, il ne devrait pas y avoir trop de difficultés à proposer une chronologie. Les controverses que cela a pu susciter (l'âpreté du différend entre Kahn et Dicks au sujet d'Anaximandre en particulier) montrent à l’inverse que la chose n’a sans doute pas la simplicité attendue : les équinoxes sont très difficiles à constater en fait, et c’est cette difficulté qui a exigé plusieurs réélaborations de la notion. Mais cela change alors aussi l’objet visé, bien plus profondément que ne le laisse croire la permanence du terme. C’est à la reconstitution de ce chemin que voudrait contribuer cet article, en soulignant le rôle de Callippe en particulier, et en revoyant l'apport d'Anaximandre.

On est alors amené à corriger en profondeur certaines conclusions de l'article de 2010 sur le gnomon d'Anaximandre.

 

Référence

Jean-François Corre, « Le problème des équinoxes dans l'astronomie grecque », Phronesis, vol.60, n°4, 2015, p. 351-379.

« Le problème des équinoxes dans l'astronomie grecque »

Prolongement

Cet article sur la notion d'équinoxe s'étend de Thalès à Callippe, avec qui le concept est déterminé. Mais l'histoire de l'observation ne s'arrête pas là : l'article sera sans doute suivi d'une étude complémentaire, allant jusqu'à Hipparque et Ptolémée. Ce complément portera sur les instruments d'observation (sur l'armille équatoriale en particulier), et pourrait paraître directement ici.

Quelques éléments de cette suite en attendant.

 

cadran solaire horizontal romain