La grammatologie de Gelb

 

A study of Writing d'I. G. Gelb est sous-titré : The Foundations of Grammatology. Si ce sous-titre disparaît de la deuxième édition et n'apparaît pas dans la traduction française, le terme de « grammatologie » demeure bien présent dans le texte comme nom d'une science que Gelb veut nouvelle : la science de l'écriture.

Un tel nom souffre d'emblée de vouloir désigner un tout (l'écriture) par une de ses parties (les lettres, grammata), privilégiée d'avance.

Et selon Derrida, ce projet reste pris dans le « logocentrisme » qui définit l'écriture par son lien étroit à la langue.

Ces limites et critiques justifiées ne doivent néanmoins pas masquer ce que l'effort théorique de Gelb peut conserver de fécond.

 

L'alphabet grec selon la grammatologie de Gelb

La grammatalogie qu'a voulu fonder Gelb est incontestablement biaisée par son alphabétocentrisme. Sa manière de couper l'alphabet grec des autres alphabets est ainsi très contestée. Cela condamne-t-il toute sa tentative ? Ne parvient-il pas à isoler quelque chose de la singularité de l'alphabet grec ?

PDF L'alphabet selon la grammatologie de Gelb (20 pages)